top of page
  • Photo du rédacteurCarolineSulzer

Coup de foudre

Il y a bientôt six ans, j’ai rencontré une femme mariée et ce fut le coup de foudre réciproque au premier regard, comme si nous nous étions toujours connus. À peine trois mois après ce jour béni où elle a posé les yeux sur moi, elle est devenue ma maîtresse. Elle l’est toujours aujourd’hui et notre complicité est telle que les mots sont superflus, nous nous comprenons sans nous parler ; lorsqu’elle est triste, je la console dans une étreinte, lorsqu’elle est gaie, je participe à sa joie. À vrai dire, il me suffit d’être avec elle pour être heureux, peu importe son humeur.


Notre bonheur est d’autant plus parfait que son mari lui-même approuve notre relation. Il reconnaît volontiers qu'elle est plus épanouie depuis que je suis entré dans sa vie et il m’a même présenté à tous leurs amis. Pas jaloux, il ne voit pas d'inconvénient à ce que je prenne sa place dans le lit de sa femme lorsqu’il s’absente. Nous nous entendons aussi très bien, lui et moi, car si c’est elle qui s’en va, je reste lui tenir compagnie. Elle-même enfin, est très ouverte d’esprit et me propose souvent de m’installer chez l’une de ses amies lorsqu’elle part en voyage avec son mari.


Mais c'est elle que je préfère, ma tendre maîtresse, à qui je voue un amour inconditionnel. Elle me le rend bien d’ailleurs et dit à qui veut l'entendre que je suis la meilleure chose qui lui soit arrivée il y a six ans. Elle dit même regretter d’avoir tant attendu pour faire cette merveilleuse expérience. Il faut croire que nous étions faits l'un pour l'autre et, heureuse coïncidence, nous sommes tous les deux bretons.


Je regrette juste qu'elle ne soit pas un basset fauve de Bretagne comme moi.



Ceci est une histoire vraie, mon chien Mojito et moi vivons une véritable histoire d'amour depuis mai 2016 :-))






136 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Illusions perdues

Dans le cadre du marathon de Paris, je vous propose ce court poème sur la course à pied. Bonne lecture. Je cours pour me vider la tête Pour oublier cette vie de chien. Dès que je chausse mes baskets,

Comentarios


bottom of page