top of page
  • Photo du rédacteurCarolineSulzer

Témoins impuissants

Trop d’images, trop de morts, trop d’infos,

Vides devant l’écran, nous sommes à court de mots.

Escalade sans fin, et du feu et des armes,

Nous ne savons plus, hélas, où donner de nos larmes.


Et pourtant, une fois repus de chiffres et d’images,

Une fois envoyés les cœurs et les messages

Qui nous dédouanent et nous donnent bonne conscience,

Nous reprenons tous le cours de nos existences.


Loin des atrocités de la guerre et du front,

Nous vaquons, tranquilles, à nos occupations.

Bien volontiers, nous nous laissons rattraper

Par notre quotidien, espace de liberté,


Où nous avons, heureux, le temps et le loisir

D’aimer, de chanter, de danser et de rire

Sans avoir peur des bombes ni des éclats d’obus

Qui pourraient faire leur œuvre, juste au bout de la rue.


Qu’y pouvons -nous ? Rien. Il nous incombe seulement

De marquer une pause et de prendre le temps

De savourer notre chance, notre immense bonheur

De vivre ici en paix quand, là-bas, d’autres meurent.




165 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Illusions perdues

Dans le cadre du marathon de Paris, je vous propose ce court poème sur la course à pied. Bonne lecture. Je cours pour me vider la tête Pour oublier cette vie de chien. Dès que je chausse mes baskets,

Comments


bottom of page