top of page
  • Photo du rédacteurCarolineSulzer

Sonnet pour l'exilée

Mon mari est au front, mon bébé est en pleurs,

Je suis seule sur la route, seule au milieu des autres,

Mon sort dépend maintenant du généreux apôtre

Qui voudra bien m’ouvrir et sa porte et son cœur.


« Va-t’en », m’a dit ma mère, « tant qu’il est encore temps,

Moi, je reste ici, m’occuper des anciens ;

C’est mon devoir de femme, ma croix et mon destin.

Pour toi qui es si jeune, pour toi c’est différent ».


Je suis une réfugiée, peu importe que je vienne

Des plaines d’Afghanistan, de Syrie ou d’Ukraine,

Mon sort est identique : il ne me reste plus


Que mes yeux pour pleurer et mes mains pour mendier.

Vous qui m’avez croisée sans même m’avoir vue,

Priez pour ne jamais devoir vous exiler.


L'illustration est une broderie au travers de laquelle l'artiste libanaise Manar Youssef rend hommage à toutes les mamans réfugiées du monde. Elle a été montrée au public il y a un an exactement, à l'occasion de la fête des mères, célébrée en mars dans son pays.




104 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Illusions perdues

Dans le cadre du marathon de Paris, je vous propose ce court poème sur la course à pied. Bonne lecture. Je cours pour me vider la tête Pour oublier cette vie de chien. Dès que je chausse mes baskets,

Comments


bottom of page